Se libérer de ses obligations

se libérer de ses obligations

Il faut que je fasse ma séance de sport, que je mange moins gras, moins sucré, moins salé… Il faut que j’aille au travail ou que j’aille chercher les enfants à l’école… Il faut que je regarde moins la télévision, que je réduise ma consommation d’alcool et que j’arrête de fumer… Je dois être plus motivé, plus organisé, plus talentueux et avoir plus confiance en moi…

Est- ce que ce genre de phrase vous remplit d’énergie, ou vous motive à accomplir vos actions ? Je n’en suis pas certain…

Nous nous comportons pour la majeure partie d’entre nous, comme des prisonniers. C’est comme si nous avions toujours au dessus de nos têtes, une épée de Damoclès prête à punir. Nous nous comportons comme si nous avions plus le choix de rien.

Des obligations, nous en avons tous, et nous en aurons toujours. Ce n’est pas un problème en soi. Le problème, est que nous passons le plus clair parti de notre temps, à nous comportez comme des marionnettes.

“Il faut que” et “je dois”  sont le genre de mot à bannir de notre vocabulaire. Ce sont ce genre de mot qui nous rendent un peu plus esclave jour après jour. Nous pouvons penser que ce sont que des mots, que ça n’a pas d’importance. Ce n’est pas le mot en lui même qui pose problème. Ce qui pose problème, c’est la signification inconsciente que nous avons ancré profondément dans notre esprit.

Sans que l’on s’en rende compte, utiliser ce genre de mot nous empoisonne. Pour se libérer de ses obligations, des contraintes perçues plus exactement, il est nécessaire de changer en amont son vocabulaire. Mais ce qui semble être le plus important, c’est de répondre à la question suivante : pourquoi ?

Savez vous pourquoi vous devez continuer à faire ce travail, faire attention à ce que vous mangez ou tout autre chose ? Parce que si vraiment vous trouviez votre pourquoi convaincant, l’état d’esprit serait bien différent.

En effet, quand nous avons un pourquoi assez fort, quand notre pourquoi nous motive, nous passons d’un esprit prisonnier sous la contrainte, à un état d’esprit volontaire. C’est dans ce second état d’esprit que nous allons pouvoir briser les chaines de ce que nous appelons “obligations”.

Faire ce travail, aller faire les courses au supermarché, aller chercher les enfants à l’école, aller galérer au club de gym… Tout ce dont nous sommes obligés de faire, nous avons envie et la chance de le faire.

Le problème principale avec les “il faut que” et “je dois”, c’est qu’ils respirent la contrainte et le manque de motivation. Les termes « j’ai l’envie » ou « la chance de », marquent quant à eux un choix qui est clairement conscient.

Je vous propose maintenant de faire un petit test : pendant 30 jours, remplacez tous les “il faut que” ou les “je dois” par “j’ai envie” ou’ “j’ai la chance de”. Si vous êtes sceptique quant à l’utilité de cet exercice, il vous reste une chose à faire : essayer !

Ce petit exercice de reprogrammation est juste génial sur deux points. Le premier, est qu’il va vous permettre de changer votre humeur. A force d’utiliser l’un de ces nouveaux mots, vous allez développer un état d’esprit plus volontaire. Vous serez plus motivé et vous aurez l’impression d’avoir le contrôle sur ce que vous faites.

Le second, c’est que si vous n’éprouvez pas après quelques temps d’utilisation, plus de motivation ou un sentiment de contrôle plus prononcé, c’est que vous aurez la chance de changer quelque chose. En fait, vous allez en quelque sorte développer assez de douleur pour retirer votre main du feu.

En effet, si le décalage est trop grand entre “j’ai envie de faire ce travail” ou “j’ai la chance d’être en couple avec cette personne”, vous allez arriver à un point de non retour.

Vous allez comme par magie trouver des solutions pour changer votre situation. C’est donc un exercice à double tranchant : soit vous retrouvez la motivation de faire, soit vous trouvez la motivation de changer.

Leave A Response

* Denotes Required Field