Comment les bactéries intestinales contrôlent notre esprit, notre humeur, nos envies ?

Cet article est un article invité rédigé par Rachida Nachat-Kappes, Consultante R&D et créatrice du blog Santez vous bien.

Si vous souhaitez améliorer significativement votre alimentation, Rachida vous dévoile les petits secrets d’une alimentation saine dans son article La règle des 3 V : 3 règles d’or pour manger sainement

Une histoire de bactéries

Encore beaucoup d’entre nous pensent que les bactéries sont de terribles ennemis qu’il faut éradiqué à dose massive d’antibiotique ou de spray aseptisant !

Il existe effectivement des bactéries qui nous rendent malades, mais savez-vous que la majorité des bactéries ne nous veulent aucun mal, mais bien au contraire ?

Nous sommes en effet colonisés par des milliards de bactéries. Pas de panique ! La grande majorité n’est là que pour notre bien et est essentielle à notre santé. Toutes ces « bonnes bactéries » se trouvent, au niveau de notre peau, mais aussi dans notre organisme. C’est entre autre notre intestin qui en héberge le plus, le fameux microbiote intestinal.

Mais à quoi servent toutes ces bactéries ?

Ces milliards de bactéries sont spécifiques à chaque individu. Elles nous aident à bien digérer, produisent des vitamines, stimulent notre système immunitaire. Les bonnes bactéries empêchent les mauvaises de se développer. Elles contrôlent aussi notre poids. On sait par exemple que l’obésité est accompagnée d’une flore intestinale modifiée et peu diversifiée comparée à des personnes non-obèses, qui elles, ont une flore plus riche.

Aujourd’hui, la science est formelle, elles jouent même un rôle dans notre santé mentale. Cela justifie d’autant plus pourquoi notre ventre est aussi appelé « deuxième cerveau ».

Il existe en effet une sorte de communication entre nos bactéries intestinales et notre cerveau.

Mauvaise humeur ? Anxiété ? Timidité ? Et si ça venait de notre microbiote intestinal ?

Il est difficile de croire qu’en modifiant les bactéries dans notre intestin, nous pourrions mieux gérer le stress, améliorer notre humeur et même traiter notre anxiété ou un état dépressif. Les scientifiques sont formels, ils existent une réelle connexion entre notre intestin et notre cerveau. Améliorer nos bactéries intestinales peut donc affecter positivement notre humeur et de manière générale, notre fonction cérébrale.

Des chercheurs canadiens ont même montré que des souris du genre « timide », qui recevaient une transplantation de bactéries intestinales de souris moins timides, devenaient plus actives et curieuses. Ces travaux laissent à penser que notre timidité pourrait également se cacher dans nos bactéries intestinales. Il a même été montré chez l’homme que la dépression pouvait être accompagnée de la perturbation du microbiote intestinal.

D’autres études montrent que des souris qui n’ont pas du tout de microbiote intestinale sont très sensible au stress avec des taux élevés d’hormone du stress.

Comment les bactéries nous influencent-elles ?

On pourrait imaginer, toutes ces petites bactéries qui murmurent à nos oreilles et qui nous dictent comment nous comporter. C’est digne d’un film de science-fiction. Sommes-nous manipulés par nos propres bactéries ?

Il faut croire que oui ! Nos bactéries intestinales sont effectivement très intelligentes. Pour leur propre survie, au sein de notre organisme, elles sont en effet capables d’influencer notre cerveau par la production de molécules, susceptibles de modifier nos comportements. Pour se nourrir, elles peuvent nous inciter à avoir certains comportements alimentaires. Elles pourraient ainsi nous faire ressentir certaines envies et être responsables de fringales ou au contraire nous faire rejeter des aliments qui leur sont nocifs !

Notre cerveau en retour influence également ses bactéries. Il existe donc de réels échanges entre notre cerveau et nos bactéries intestinales.

Les bactéries intestinales régulent la sérotonine, hormone de l’humeur

La sérotonine, est une substance chimique, ou neurotransmetteur, qui régule notre humeur. Elle fait partie de ces fameuses hormones du bonheur, tout comme la dopamine, l’ocytocine ou encore les endorphines. Elle est également impliquée dans la gestion de nos émotions, du stress mais aussi notre comportement alimentaire et notre cycle veille-sommeil. Plusieurs antidépresseurs chimiques agissent sur la sérotonine.

Elle est produite par notre cerveau mais surtout au niveau de notre intestin, et nos bactéries intestinales influencent sa production.

Les souris sans bactéries intestinales et qui sont hypersensible au stress, présente en effet des taux de sérotonine inférieurs de 60%, comparé à des souris au microbiote intestinal normal. Et lorsque les chercheurs ont réintégré des bactéries, ils ont constaté une hausse des niveaux de sérotonine.

Ceci montre que les bactéries agissent effectivement sur la production de la sérotonine et comment elles peuvent donc influencer notre humeur.

Bactéries intestinales : attention à ce fragile équilibre !

Notre microbiote intestinal est très fragile et de nos jours, avec nos rythmes de vie, il est mis à rude épreuve. De nombreux facteurs peuvent venir le modifier ou le déséquilibrer, comme une mauvaise alimentation (additifs), les antibiotiques, l’alcool, le tabac, le manque de sommeil, l’usage excessif de cosmétiques, la pollution…

5 règles d’or pour rééquilibrer notre microbiote intestinal pour une meilleure santé et mieux performer

1/ Réduire l’alcool et le tabac

De manière générale, l’alcool et le tabac sont les ennemis de notre santé. L’alcool est bien sûr à consommer avec modération et le mieux est de ne pas fumer.

2/ Eviter les antibiotiques

En plus d’être pris en médicaments, ils peuvent être présents dans certains aliments, comme les animaux issus d’élevage intensif.

3/ Privilégier les produits frais et pas ou peu transformés

Les produits ultra-transformés contiennent de nombreux additifs, comme des conservateurs, des colorants, des exhausteurs de gout. Ils sont aussi le plus souvent trop sucrés, trop salés, trop gras et sont très pauvres au niveau nutritionnel. Ils sont responsables de l’apparition de nombreuses maladies chroniques, comme le diabète de type 2 ou encore les maladies cardio-vasculaires (Découvrez 8 bonnes raisons de réduire les produits ultra-transformés).

Il faut donc privilégier les légumes, les fruits, bio de préférences pour éviter les pesticides. Et bien sûr, cuisiner au maximum soi-même.

Il est important de consommer de bons acides gras, comme les oméga-3 dont nous manquons cruellement dans nos régimes occidentaux.

4/ Consommer des aliments fermentés avec des « psychobiotiques »

Ils contiennent des probiotiques, qui sont de bonnes bactéries alliées de notre santé. Les probiotiques ont besoin de prébiotiques pour s’implanter correctement au niveau de notre système digestif. Les prébiotiques sont des fibres contenues dans de nombreux fruits et légumes, comme des légumineuses (lentilles, haricots rouges, pois chiches, pois vert), graines oléagineuses (amandes, noix, pistache) ou encore certaines racines (pissenlit, chicorée, topinambour).

Une étude publiée en 2015 dans le journal Nutrition, a montré une amélioration de l’état dépressif chez des patients qui ont pris des probiotiques comme du Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus casei, et Bifidobacterium bifidum pendant 8 semaines. Un Lactobacillus plantarum, un autre probiotique, que l’on trouve dans les olives par exemple, augmente chez la souris, la production d’hormones du bonheur comme la dopamine et la sérotonine.

Les effets de ces probiotiques sur l’humeur, l’anxiété ou encore la dépression leur a valu le nom de psychobiotiques.

5/ Lutter contre le stress chronique

Le stress chronique, c’est-à-dire qui dure dans le temps à de nombreux impacts négatifs sur notre santé, dont celui de déséquilibrer nos bactéries intestinales. Il est donc essentiel de lutter contre ce fléau.

Voici plusieurs méthodes simples pour se détendre :

  • Mieux respirer. Porter attention à sa respiration afin d’être dans le moment présent. 5 minutes de cohérence cardiaque par jour, 3 fois par jour, ou au moindre coup de stress ont de nombreux bienfaits et permettent vraiment de se détendre.
  • Se détendre, par la pratique de la relaxation, du yoga, de la méditation, de la rigologie…
  • Chanter aide à se détendre (pas pour celui qui est à côté, si on chante faux  !)
  • Faire du sport

Voici donc de nouvelles clés qui peuvent paraitre surprenantes pour booster sa motivation, sa performance, son bien-être et sa santé de manière générale.

L’être humain est complexe. Il est à considérer dans son intégralité, de manière holistique, avec ces milliards de bactéries qui œuvrent pour nous à chaque instant. A nous de respecter cette belle symbiose.

Que tes bactéries soient avec toi  !

Rachida Nachat-Kappes, Consultante R&D et créatrice du blog Santez vous bien.

Pour améliorer significativement votre alimentation, Rachida vous dévoile les petits secrets d’une alimentation saine dans son article La règle des 3 V : 3 règles d’or pour manger sainement

Références :

Akkasheh G, Kashani-Poor Z, Tajabadi-Ebrahimi M, Jafari P, Akbari H, Taghizadeh M, Memarzadeh MR, Asemi Z, Esmaillzadeh A. Clinical and metabolic response to probiotic administration in patients with major depressive disorder: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Nutrition. 2016 Mar;32(3):315-20.

Foster JA, McVey Neufeld KA. Gut-brain axis: how the microbiome influences anxiety and depression. Trends Neurosci. 2013 May;36(5):305-12.

Kaliannan K, Wang B, Li XY, Bhan AK, Kang JX. Omega-3 fatty acids prevent early-life antibiotic exposure-induced gut microbiota dysbiosis and later-life obesity. Int J Obes (Lond). 2016 Jun;40(6):1039-42. e

Liu WH, Chuang HL, Huang YT, Wu CC, Chou GT, Wang S, Tsai YC. Alteration of behavior and monoamine levels attributable to Lactobacillus plantarum PS128 in germ-free mice. Behav Brain Res. 2016 Feb 1;298(Pt B):202-9.

Leave A Response

* Denotes Required Field