L’homme qui voulait être heureux

L'homme qui voulait être heureux

Êtes-vous heureux ? Vivez-vous la vie de vos rêves ? C’est à ces questions épineuses que va être confronté un jeune enseignant durant ses vacances, visiblement pas très satisfait de la vie qu’il mène.

Julian se rend à Bali, une île située au sud-ouest de l’Asie. Là-bas, il demande une consultation auprès d’un grand guérisseur malgré qu’il ne souffre d’aucun problème de santé. Le diagnostic est sans appel et un lourd traitement médical lui est prescrit.

Julian par le biais de la rencontre avec son professeur, démontre que la réalité découle de nos croyances sur celle-ci.

Il y a sur Terre autant de réalités qu’il existe d’individus. La réalité est une notion abstraite puisqu’elle est différente selon l’œil de la personne qui la regarde.

Notre réalité (sa vision) se compose de nos schémas de croyances concernant le monde et nous-même. Ces derniers résultent de notre éducation, de notre environnement et de chacune de nos expériences. Notre perception est donc bâtie en majeure partie sur des faits extérieurs.

Il est difficile pour chacun de remettre en cause ses croyances puisque nous restons attachés inconsciemment au connu qui est rassurant.

Hélas, nous traînons beaucoup d’à priori sur le monde et nous même. C’est ainsi que nous bâtissons un certain nombre de barrières mentales. Nos peurs sont dans la majorité des cas complètement illusoires et irrationnelles.

Il suffirait pourtant de s’y confronter dans le monde physique pour créer une nouvelle connexion, en abandonnant une ancienne croyance au détriment d’une nouvelle. Cela nécessite néanmoins à la base un travail sur soi et un certain effort de réalisation.

Nous pouvons être comparé pour l’immense majorité à un éléphant. Le petit éléphant de cirque est attaché dès son plus jeune âge à un vulgaire piquet. Il n’est pas assez fort pour s’en défaire et donc après quelques tentatives, il se crée la connexion mentale comme quoi le piquet est plus fort que lui.

Arrivé à l’âge adulte et assez fort pour embarquer sur son passage bien plus qu’un vulgaire piquet. Mais le grand éléphant ne fait rien. C’est à cause de l’encrage profond qui lui fait défiler constamment des images de lui même, échouant maintes fois face au piquet étant plus jeune. C’est un peu le drame de l’humanité…

C’est comme si nous étions enfermés dans une pièce, que la porte et toutes les fenêtres menant vers l’extérieur sont ouvertes jour et nuit, mais nous ne sortons pas. Nous restons plantés avec nos suppositions, nos craintes, nos peurs, nos croyances, nos échecs passés.

Nous sommes pourtant à un petit pas de changer nos existences pour toujours….

L’homme qui voulait être heureux : découvrez le livre ici

Crédit photo par matthew Fang

4 Comments

  • Wow ce livre à l’air génial. Dans la même veine en dirait que l’alchimiste de Paulo Coelho ^^

    • Anthony Mykytiw

      Reply Reply

      Alors oui il est dans le même registre que « l’alchimiste », cependant, la morale n’est pas la même… 😉 Une chronique de ce livre arrive bientôt !

  • Salut Anthony, chouette petit résumé, je n’ai pas lu ce livre, et ça m’a l’air très intéressant d’après ce que tu présente. Surtout s’il se lit rapidement, car mon frein est de m’être lancé dans de nombreux projets simultanément, et c’est parfois difficile de continuer à croitre dans tous les domaines, il faut savoir jongler sur plusieurs plans et gérer le temps. Merci pour cet article, à la prochaine !

    • Anthony Mykytiw

      Reply Reply

      Salut Maximilien !

      Et oui j’ai un peu le même problème que toi, je me lance dans 10 000 projets à la fois ! L’important est de choisir ses priorités et il faut souvent renoncer à certaines choses pour aller jusqu’au bout.

      Tu peux y’aller les yeux fermés pour le livre, c’est de la lecture distrayante que tu peux lire dans ton lit avant de dormir ou pendant une petite pause. Cela n’empêche pas le côté très pédagogique du livre 😉

      A très bientôt !

Leave A Response

* Denotes Required Field