Peut-on influencer durablement le courage chez quelqu’un ?

courage

INTRODUCTION

C’était un samedi après-midi dans les ruelles tranquilles et paisibles du Vieux Lyon. Romain faisait à l’époque un gros travail sur lui même, et il me tendit sa liste des qualités qu’il pensait avoir repéré chez lui. Je jetais un coup d’œil à cette liste et lui rendit plutôt d’accord avec ce qu’il avait noté. Cependant, je n’avais pas vu marqué le mot « courage » sur ce bout de papier, et je dois avouer que cela m’ travaillé pendant quelques minutes. Pour faire court, j’ai demandé à Romain pourquoi le courage n’apparaissait pas dans cette liste, et il me rétorqua fermement qu’il ne pensait pas être une personne courageuse. J’ai essayé de le persuader du contraire, mais rien à faire, ce mec est borné comme pas possible. Imaginez dans l’état que je me trouvais après cette discussion : comment une personne comme Romain, la personne la plus courageuse que je n’ai jamais connue, peut m’affirmer le plus sereinement du monde qu’il n’est pas courageux ?!

Pendant un bon bout de temps, je me suis posé des milliers de questions sur ce qu’était le courage, et j’en suis même venu à la conclusion que le courage pouvait uniquement se voir de l’extérieur et non de l’intérieur. Pour être plus précis, je pense qu’une personne qui fait acte de courage ne s’en rend pas compte puisqu’elle le fait. De plus, un acte de courage sera un acte de courage pour certaines personnes et n’en sera pas un pour d’autres.

J’avais réussi à libérer un peu mon mental de cette réflexion, jusqu’au jour ou un lecteur du blog balança de nouveau et sans pitié, plus d’une bouteille d’huile sur le feu… En effet la question suivante m’a été posée : « Penses-tu qu’il est possible d’influencer durablement le courage chez quelqu’un ? ».

C’était trop pour moi, il me fallait des réponses et vite !

C’est ainsi qu’au lieu de chercher mes propres réponses seul dans mon coin, j’ai fait appel à une petite armée composée de 6 blogueuses et blogueurs, dans le but de donner la réponse la plus précise et la plus objective possible.

Vous verrez, ils ont tous une réflexion différente, leur propre avis et leur manière personnelle d’interpréter la question. Vous connaissez déjà certains d’entre eux et vous allez découvrir de nouvelles têtes (et qui valent le coup d’être connues !). Nous apprécions beaucoup le travail respectif de chacune et de chacun, c’est pour cela qu’elles et qu’ils ont été choisi pour participer à cet article de grande envergure. Vous retrouverez à la fin de leur réflexion respective, les liens permettant d’accéder et de découvrir le travail de chacune et de chacun sur leur propre blog. Nous vous invitons sincèrement à y faire un petit tour.

Mais assez parlé, passons maintenant aux choses sérieuses. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, j’ai une question de la plus haute importance à vous soumettre :

Peut-on influencer durablement le courage chez quelqu’un ?

 

MARINE KATZE

Marine Katze photo

Le courage est une valeur et un trait souvent apprécié. On va trouver certaines personnes courageuses, et d’autres non. De ce fait, on peut se demander si le courage peut être influencé chez une personne.

Courage et témérité

Le courage, on en a généralement une bonne impression.

Il nous semble positif.

Le courage manifeste la capacité d’une personne à affronter les situations délicates, comme une souffrance, un danger.

Et il est très important de le distinguer de la témérité.

Elle peut sembler similaire et pourtant, la témérité dépasse le courage et implique d’agir de façon inconsidérée, dans le sens où la témérité peut entrainer une personne à commettre des actes dont les conséquences peuvent être (très) graves.

Autant on peut vouloir être courageux, autant s’attacher à être téméraire n’est pas vraiment une bonne idée.

Le courage implique en tous les cas le fait de surmonter des obstacles et très souvent, d’affronter ses peurs. Or la peur est l’une des émotions négatives les plus puissantes. (https://www.marine-katze.com/emotions-negatives-pas-vrai-probleme)

Si l’on dit que l’on peut être paralysé par la peur, et que la peur peut nous faire perdre tous nos moyens, ce n’est pas pour rien !

Le courage est personnel

Ce qu’il est essentiel de comprendre, c’est que le courage est une notion toute personnelle.

Certes, on peut avoir à l’esprit des situations où la grande majorité des personnes trouvera que si quelqu’un réagit de telle façon, alors elle est courageuse.

Le problème vient du fait que l’on associe souvent le courage avec une action, une réaction extraordinaire d’une personne.

Oui, cela peut être le cas. Comme avoir le courage d’aller défendre une personne agressée par plusieurs autres.

Mais on oublie trop souvent le courage quotidien.

Le courage personnel.

C’est-à-dire toutes les petites ou grandes actions que les gens, vous comme moi, peuvent accomplir dans leur vie et qui leur demande du courage.

Pour un adolescent timide, lever la main en cours pour répondre à une question peut demander beaucoup de courage par exemple.

Idem pour un adulte qui souhaite passer un simple coup de fil.

Alors que pour d’autres, ce genre de situation ne pose aucun problème particulier et ne leur demande pas de courage, car ils n’en n’ont pas peur.

Donc ce n’est pas parce qu’un acte ne vous demande pas de courage que c’est aussi le cas pour une autre personne. Idem, cela peut vous demander du courage d’agir de telle ou telle façon alors qu’une autre fera ça les doigts dans le nez.

Le courage évolue

Ce qu’il faut bien comprendre également, c’est que le courage peut évoluer.

Pensez justement à ces premières fois où vous avez dû accomplir quelque chose.

Cela a pu vous demander du courage au début, alors qu’ensuite, de moins en moins de courage, jusqu’à plus du tout, pour accomplir certaines choses.

Comme de faire du vélo.

De lever la main en classe.

De parler à des inconnus.

De demander une augmentation.

Etc.

Cela signifie donc que notre courage peut évoluer.

On peut devenir plus courageux.

Chacun d’entre nous a son propre niveau de courage.

Et c’est très bien.

D’autant que ce niveau de courage n’est pas immuable, figé.

De ce fait, si on pense ne pas avoir de courage, ou trop peu, alors tout n’est pas perdu. On peut, oui développer un plus grand courage.

Et le gros avantage de développer notre courage est qu’il renforce notre confiance en nous et notre estime de nous-même. Souvenez-vous d’une ou plusieurs situations où vous avez fait montre de courage, vous avez dû ressentir à ce moment-là, et même encore plusieurs années après en y repensant, une grande fierté.

Et l’inverse est également vrai.

Plus vous allez développer votre estime personnelle, et plus vous allez avoir confiance en vous et la capacité d’être plus courageux. D’ailleurs si le sujet de l’estime de soi vous intéresse, je vous invite à visiter mon blog ,et à lire cet article : https://www.marine-katze.com/estime-de-soi-socle-de-votre-bien-etre

A-t-on la capacité d’influencer le courage chez les autres ?

On peut alors se demander si l’on a la capacité d’induire le courage chez les autres.

Je dirai… non et oui !

Non si l’on pense que par notre simple volonté on peut contrôler l’autre, le changer.

Car il s’agit bien de contrôler lorsque l’on veut forcer l’autre à agir de telle ou telle façon, même si c’est pour un acte a priori noble de courage.

Et même si vous pensez avoir réussi à forcer quelqu’un à être courageux… en réalité, il n’en n’est rien.

Le courage vient de soi, de l’intérieur de chacun.

Forcer quelqu’un à faire quelque chose n’implique pas que cette personne a été courageuse. Vous l’avez forcée !

Vous pensez bien que s’il était si facile et évident de changer les autres, la recette serait connue depuis longtemps…

Combien de personnes en effet souhaitent changer les autres, que les autres changent… Mais le changement vrai, profond, véritable, comme le développement du courage, ne peut venir que de la personne en question. Pas de vous.

Cela étant dit, oui, on peut tout de même influencer le courage chez une personne.

Sans garantie de résultat toutefois.

Comment ?

Tout simplement en montrant l’exemple.

Montrer l’exemple est le moyen le plus simple, respectueux de l’autre (et de vous) et le plus efficace pour inciter l’autre au changement. Et notamment à plus de courage.

Montrez-vous courageux.

Montrez à ceux chez qui vous souhaitez susciter plus de courage que vous dépassez vos peurs que vous vous montrez courageux. En étant fier de vous, certes, mais sans vous la péter, sans être arrogant. Le principe est d’incarner l’exemple du courage, oui, mais un exemple accessible.

Vous pouvez aussi proposer à l’autre de l’accompagner dans son acte de courage.

De voir comment vous pourriez lui faciliter un peu la tâche. En lui donnant des conseils par exemple.

Et puis bien sûr, pensez à féliciter l’autre de ses actes de courage. Même si ces actes en question, dans votre cas personnel, n’en sont pas car ils ne représentent pas de challenge pour vous. L’important c’est ce qu’ils évoquent pour l’autre. Et vos félicitations, vos encouragements le motiveront d’autant plus à développer son courage.

Merci à Anthony de m’avoir invité pour ce sujet sur son blog 😉

Marine Katze

https://www.marine-katze.com/

Aussi sur YouTube

HENRI

Legendhenry

De nature, je ne suis pas vraiment quelqu’un de courageux. Je me souviens qu’en étant petit, j’avais vraiment peur de tout : dormir dans le noir, avoir la tête plongée sous l’eau, les montagnes russes, parler en public et plus tard… les filles…

Mais à vrai dire, la définition d’une personne courageuse, ce n’est pas quelqu’un qui n’a peur de rien. Mais plutôt quelqu’un qui passe à l’action malgré sa peur.

Et pour cette définition-ci, je ne me considérais pas non plus comme une personne courageuse. Dès que la peur venait, j’en étais presque paralysé sans pouvoir faire quoique soit.

Pourtant, aujourd’hui je fais quotidiennement face à mes peurs, je me lance des défis pour sortir de ma zone de confort et je prend un vrai plaisir à passer à l’action.

Si aujourd’hui je suis capable de passer à l’action malgré ma peur, cela prouve déjà que le courage est quelque chose qui peut s’acquérir. Je partage avec vous quelques pistes qui selon moi permettent d’influencer le courage chez quelqu’un.

Se dire que c’est possible et penser positivement

C’est Henry Ford qui disait « que vous pensez être capable ou ne pas être capable, dans les deux cas vous avez raison. ». Si vous partez défaitiste en vous disant que vous n’y arriverez pas. Lorsque que vous aurez besoin d’une bonne dose de courage, votre esprit sera influencé par ces pensées négatives et vous ne passerez sûrement pas à l’action. Soyez optimiste et dites vous que tout est possible.

Avoir un modèle de réussite

Suivre quelqu’un ayant réussi dans votre domaine avec votre même parcours est un bon moyen de se convaincre « qu’il est possible ». Se dire que cette personne a réussi alors qu’il avait les même contraintes que vous, vous pousse à ancrez au fond de vous cette pensée positive et vous donnera le courage d’agir le moment venu.

Se dire que la peur n’est que dans la tête

Lorsque vous devrez faire face à vos limites, à une situation compliquée, prendre une décision difficile, la peur va faire ressortir en vous pleins de pensées issues de votre subconscient. Ce sont des pensées parfois limitantes qui auront pour but de vous détourner de l’action. Si vous prenez le temps de bien réfléchir et analyser ces pensées, vous verrez qu’elles sont très souvent injustifiées.

Méditez

Cela va faire plus d’un an que j’ai commencé à méditer tous les jours. Il y a des tas de bienfait à méditer notamment le contrôle de ses émotions. Vous pourrez avec de la pratique prendre du recul sur les émotions qui surviennent comme par exemple la peur pour pouvoir mieux les laisser « s’envoler ».

Avoir un objectif à atteindre

Le désir d’obtenir une chose peut être un puissant moteur au courage. Si vous désirez à un point limite de l’obsessionnel cette chose, vous aurez une volonté de fer sur laquelle compter lorsque vous devrez faire preuve d’un peu de courage à un moment donné.

Entraîner votre courage

Le courage est comme un muscle que vous entraînez. Comme pour vos fessiers avec votre séance de squat, si vous vous laisser un peu trop allez, vous allez devenir mou. Puis le moment venu, lorsque vous aurez besoin, vous allez avoir du mal à appel à votre courage. Puis au contraire, si quotidiennement vous faites des choses qui vous challenge et vous font sortir de votre zone de confort, vous aurez cette habitude d’utiliser vos « corones » 😉

Pour conclure, je terminerai avec cette belle citation de Napoléon Hills : “La valeur d’une décision dépend du courage qu’il faut pour la prendre.”

Henri

http://legendhenry.com/

MAXIMILIEN CARLIER

Maximilien CarlierVous vous souvenez peut être de cette fois ou vous étiez plus jeune, cette fois ou vous avez sentit votre cœur battre plus que la normal, et ou il fallait prendre une décision, soit agir, soit rester passif.

Et alors il y a eu comme une lutte à l’intérieur de vous, parfois même sans que vous vous en aperceviez.

D’une part quelque chose en vous, vous tenais là, tendu presque pétrifié et d’autre part, il y avait cette autre chose, comme une lueur, une voix, une sensation, qui vous a poussé à l’action, à dépasser ce sentiment de peur, à prendre un risque pour braver les obstacles et faire face à la situation, par ce qu’il le fallait, par ce que les raisons étaient suffisantes pour le faire.

Et là, vous l’avez sentit, comme un morceau de vous qu’on peut nommer « courage » et qui a joué un rôle essentiel et à même influencé le reste de votre vie, à ce moment là, vous l’avez expérimenté.

Que ce soit réel ou imaginaire, ou même en temps qu’observateur, on a tous une idée de ce qu’est le courage et pour certains, on l’a même déjà ressentit, peut être que cette introduction vous a vous même rappelée un moment de votre vie lié a votre courage.

Il paraît que le courage, c’est la grande épreuve du cœur, quand on peut ignorer la mort, endormir la souffrance physique, on se demande ce qu’est la vie sans le cœur.

D’ailleurs la racine du mot est reliée au cœur justement comme on le lit dans cette définition :

« Le courage (dérivé de cœur) est une vertu qui permet d’entreprendre des choses difficiles en surmontant la peur, et en affrontant le danger, la souffrance, la fatigue. Depuis l’antiquité et dans la plupart des civilisations, le courage est considéré comme l’une des principales vertus, indispensable au héros. »

Apparemment, ça a à voir avec la peur, et selon les définitions suivantes il y a un lien avec la raison :

« Le courage a plus de ressources que la raison. » Vauvenargues (1823)

« Le courage tient plus de la raison, la bravoure est plus du tempérament. » François Guizot ; Dictionnaire universel des synonymes (1809)

 « Le courage n’est rien sans la réflexion. » Euripide ; Fragments – Ve s. av. J.-C.

« Le courage est la peur qui fait ses prières. » Paulo Coelho ; La cinquième montagne (1998)

« Le courage est le seul remède contre la peur. » Louis Pauwels ; L’apprentissage de la sérénité (1978)

Les avis sont partagés, intéressant n’est-ce pas ?

Pourtant, entre raison et cœur qui est plutôt lié au sentiment il y a un fossé mais lorsqu’il s’agit d’influencer quelqu’un on peut trouver les bonnes raisons qui feront appel à ses émotions pour faire émerger du courage.

On peut s’y prendre de bien des façons pour accompagner quelqu’un à réagir de façon courageuse lors d’un événement, et se servir de la situation pour construire une partie courageuse intérieure qui sera là toutes les fois ou ça sera nécessaire à partir de cette expérience.

Mais faut pas faire n’importe quoi car on parle d’êtres humains, d’émotions, et de durabilité dans le temps.

Et puis on peut influencer quelqu’un qu’à partir du moment où ça a un intérêt pour lui, et ou il en a envie quelque part, sinon ça tiendra jamais très longtemps…

Bon alors, comment on fait finalement pour créer du courage chez quelqu’un, sachant qu’on a pas tous la même définition, et que ça peut vraiment changer le rapport qu’on a vis à vis du monde ?

J’ai pas de solution magique mais je peux vous proposer quelques pistes.

Comme on parle de surmonter ses peurs, de valeurs, de dépassement, si on prépare simplement le terrain à une personne, en lui disant :

« T’inquiète, je suis déjà passé par là, le chemin est débroussaillé et je vais guider tes pas. »

 Si vous vous y prenez bien, et que la personne à suffisamment confiance en vous, vous pouvez accompagner une personne à se dépasser le temps d’un événement, mais ça sera certainement insuffisant intégrer le courage dans la chair de quelqu’un.

Du coup, il existe un autre moyen.

Si on est là pour quelqu’un, dans une situation qui demande du courage, que la personne ne sait pas comment s’y prendre, alors on peut jouer avec notre position d’observateur pour lui donner un retour sur ce qu’elle fait, lui indiquer ses erreurs, les points à améliorer, tout ça pour que cette personne sache quoi faire au bon moment et observer les résultats de ses actions.

A ce moment là, il y a de la confiance qui va se créer, et parfois les doutes vont même s’estomper, mais (car oui il y a un mais) la limite des compétences à mobiliser le courage et à dépasser ses peurs va marquer la ligne qu’il va falloir franchir pour éliminer le facteur temps.

Et encore une fois, il y a une solution :

Une personne qui observe ses peurs, s’y confronte et prend l’habitude de développer un tempérament, comme un apprentissage ou un auto-conditionnement, pour finalement créer un genre de réflexe ou habitude de penser et d’action, va pouvoir mobiliser sa physiologie et ses pensées pour « tenter le coup » et mobiliser son courage lorsque la situation le proposera.

Et là encore, ça ne sera qu’une possibilité qui, si elle n’est pas suffisamment exploitée, risque de s’atrophier avec le temps…

Attend, es-tu certain que le courage peut finalement être le fruit d’une influence et à la fois devenir une part durable de nous même ?

On y vient les amis, justement, ce sont nos doutes qui vont faire que ce courage lattent ou peu utilisé soit au bout du compte remis en cause et finisse par être révoqué de notre cour intérieure.

C’est pourquoi, quand on fait expérience du courage, à plusieurs reprises, comme par exemple lorsqu’on a construit un apprentissage, un automatisme qui permet de tester ses limites dès que l’occasion se présente, on finit généralement pour conclure un genre d’accord avec nous même du genre :

« Hey, c’est cool ce que je suis capable de faire, je suis certain que je peux aller plus loin. »

 D’autres peuvent aussi nous faire des retours sur nos agissements et tout cela contribue à faire émerger cette idée que « ouai, finalement, je suis courageux » du coup ça contribue à nous influencer dans notre décision, qui nous influencera dans nos agissements et qui influencera le résultat de nos actions et donc notre vie.

Ça commence à devenir intéressant, n’est-ce pas ?

Mais ce genre d’accord peut prendre encore plus d’impact lorsqu’il est relié à quelque chose de réellement important, un truc qui en vaut la peine, le genre de chose qui nous fait nous lever le matin et nous donne la pêche, et je vous garantie, que lorsque vous reliez vos valeurs les plus fortes avec la notion de courage, vous allez propulser directement cette part courageuse de vous même au premier plan.

Car oui, c’est peut être osé de le penser mais on a tous une part courageuse au fond de nous, et si ce n’est pas le cas, je me demande ce que, le fait de le penser, va influencer notre capacité à être courageux ?

En fait, pour qu’une personne soit influencée durablement à être courageuse, il est nécessaire qu’elle l’intègre au plus profond d’elle même, qu’elle sache que quoi qu’il arrive, le courage est là et que s’il n’a pas été présent à un moment donné, c’est qu’il est temps de lui refaire une place au premier rang.

A ce moment là, vous pouvez passer par n’importe quelle phase, le courage surgira toujours quand ça sera nécessaire, car c’est important, car c’est quelque chose que vous avez appris, car c’est quelque chose que vous pensez vis à vis de vous même, par ce que vous l’avez déjà vécu dans certaines situations, par ce que ça fait tout simplement partie de votre expérience de la vie.

Alors oui, je pense qu’il est possible de produire du courage chez une personne, et de façon durable, quand on relie ça à sa vie, à quelque chose qui la dépasse et qui passe par tous les stades que nous avons traversé ensemble dans ces quelques lignes.

Maximilien Carlier

https://apprendre-lhypnose.fr/

MARIE JOX

Marie JoxQui d’entre nous n’a jamais entendu un de ses proches, son père, sa soeur, son petit ami, lui lancer un « bon courage », alors qu’il s’apprêtait à passer un examen important, à annoncer à sa famille qu’il quittait le nid ou encore à dévoiler ses sentiments à celui ou celle qu’il aime secrètement depuis toujours.

Quel effet ces petites phrases qu’on nous jette avec ferveur au visage, peuvent-elles avoir sur nous-mêmes ? Peut-on même influencer le courage chez quelqu’un ? Si selon le dictionnaire Larousse, le courage est la « force de caractère qui permet d’affronter le danger, la souffrance, les revers, les circonstances difficiles », est-ce possible que ce qui est souvent considéré comme étant un train de caractère, une vertu ou autre, puisse nous êtes insuffler par autrui ? Ainsi, quelqu’un de nature peureuse ou lâche pourrait donc devenir courageuse au contact d’une personne ?

L’influence est  » le pouvoir social et politique de quelqu’un, d’un groupe qui leur permet d’agir sur le cours des événements, des décisions prises » (Larousse).Or, ce pouvoir exercé par les autres sur une personne, nous permet donc parfois, grâce au soutien que nous recevons de nous dépasser et de réaliser des choses dont nous ne nous saurions jamais cru capable.

Ainsi, vous est-il déjà arrivé, enfant (ou même adulte) de faire quelque chose de totalement insensé, voire dangereux après avoir été encouragé par les cris rythmés de vos amis, qui scandaient votre nom ? Nous avons tous connus, les fameux gages, défis lancés, qui nous amenaient parfois à faire des choses totalement invraisemblables.Or, si le soutien des autres peut nous amener quelques fois à faire des choses totalement absurdes, il est également très productif, lorsqu’il s’agit de nous aider à nous surpasser, à passer à l’action, à faire ce que nous souhaitons vraiment, mais que nous n’osions pas faire par nous-même.

Ainsi, dans le cas où c’est grâce au soutien des autres , à leurs encouragements que nous nous dépassons, que nous explosons les barrières que nous nous étions préalablement fixées, ne peut-on pas considérer que oui nous pouvons bel et bien encourager le courage chez autrui ? De ce fait, si nous pouvons par notre influence, amener nos amis, à s’intéresser à notre mode de vie, à changer leurs habitudes, pourquoi ne pourrions-nous pas leur influencer le courage ?

S’il est vrai que nous sommes fortement influencés par notre entourage, puisque grâce ou à cause de lui, nous allons parfois au bout de nous-même et réalisons des choses incroyables.Je demeure convaincue que même dans le cas où sous l’influence de son entourage, une personne faisait quelque chose qu’elle ne se sentait pas à l’origine capable de faire, nous ne pourrions pas considérer que ce sont les autres qui lui ont insufflé le courage de le faire.

En effet, si les autres peuvent nous pousser à passer à l’action et nous y aider, nous sommes seuls maîtres à bord quand il s’agit d’affronter nos peurs puisque nous avons alors, la possibilité d’agir et d’aller dans leur sens ou encore de dire non. Or, peu importe la solution, que nous choisissons, c’est le courage, notre courage qui nous l’aura permis. Par exemple, si je suis au sommet d’une colline surplombant une étendue d’eau, que mes amis  plongent les uns après les autres dans l’océan, qu’une fois à l’eau ils se mettent à scander mon nom, à m’encourager à sauter, alors que j’ai une peur bleue de l’eau, deux choix s’offrent à moi :

  • Celui de sauter, de dépasser ma peur
  • Ou alors, de leur dire non, ce qui peut également faire peur dans la mesure où en refusant de les suivre je m’exclurai en quelque sorte du groupe, en ne cédant pas à la pression qu’ils m’imposent.

Dans le premier cas, il me faudra du courage pour me jeter du haut de cette colline, mais il m’en faudra également pour oser dire non.

Or, si ces fameux amis peuvent me pousser à passer à l’action, ils ne pourront toutefois m’influencer ou me donner le courage de me jeter à l’eau, puisque je ne sauterai que si je ressens en mon âme et conscience la capacité, de le faire, de « survivre » à cet acte. En effet, sous influence ou non, je devrais à un moment-donné, celui qui précédera mon saut dans le vide me dire « j’y crois, je le fais » et à ce moment-là, naîtra le courage en moi.

Ainsi, si nos amis, nos proches, nos amours peuvent nous influencer, nous motiver à passer à l’action, et ce même si à l’origine nous ne nous en sentions pas capable, ce qu’ils feront naître en nous sera peut-être de la force, mais face à la peur, je reste convaincue que nous sommes les seuls à pouvoir faire naître le courage en nous et donc à nous « en-courager ».En effet, j’ai pour habitude de mettre l’accent sur le fait que les personnes que nous fréquentons le plus souvent, influent fortement sur notre vision des choses, nos envies, nos actions. Toutefois, selon moi, le courage est un sentiment qui prend naissance dans notre coeur et dans notre tête et donc, peu importe ce que peuvent faire les autres pour nous l’insuffler, l’acquisition du courage, nécessite avant tout une prise de conscience qui ne peut se faire que par nous-mêmes et pour nous-mêmes. En bref, peu importent les mots, les actions que peuvent faire notre proche pour nous donner du courage, si nous n’avons pas la confiance en nous nécessaire et si nous ne sommes pas capable de nous débarrasser nous-même de nos croyances limitantes, nous n’aurons pas le courage nécessaire pour passer à l’action.

En conclusion, il n’est selon moi pas possible d’influencer durablement le courage chez quelqu’un dans la mesure, où pour garder ce courage, changer de regard sur soi et sur ses capacités, il faut avant tout faire un véritable travail sur soi pour faire naître le courage dans son cœur et dans sa tête. En effet peu importent ce que les gens peuvent penser de nous, de positif comme de négatif ce qui compte c’est l’estime que nous avons de  nous-même.

Marie Jox

www.confiance-et-reussite.fr

Aussi sur YouTube

TAHA MOULINE

Taha

Le courage est une qualité recherchée par nous tous ! En effet qui ne voudrait pas être ne serait-ce qu’un peu plus courageux dans ses projets quotidiens ?

Ça peut être lié à une frustration de ne pas obtenir ce que vous voulez ou bien tout simplement la sensation désagréable qu’implique de vivre dans la peur. Craindre tout ce qui nous entoure, est-ce vraiment vivre ? Ou bien y a-t-il une autre stratégie qui peut nous mener vers plus de paix et sérénité ?

La peur n’est pas forcément le problème ! En effet, nous sommes des êtres humains et avoir peur fait partie de notre essence et de notre nature.

Si nous n’avions pas peur, nous n’aurions aucun challenge à relever, aucune émotion à accepter, puis à surmonter. La peur nous donne ce petit piment dans notre vie qui nous aide à nous sentir  » et à avoir l’impression de vivre une vie incroyable et excitante.

Comme le dit la célèbre citation :

“Le courage, ce n’est pas l’absence de peur, mais la capacité à la vaincre.”

Nelson Mandela.

L’acceptation de vos propres émotions et votre détermination à surmonter vos peurs vont représenter les challenges essentiels qu’implique votre capacité à avoir du courage.

Le courage chez les autres

Maintenant que nous avons parlé de votre courage et de comment le développer, on peut désormais évoquer le sujet du courage chez les autres. Quand on voit des proches à nous comme nos amis, des membres de notre famille ou notre partenaire manquer de courage, nous avons souvent une folle envie de les changer ! Nous voulons à tout prix qu’ils réussissent à vaincre leurs peurs et entreprennent les projets qu’ils n’osent pas accomplir.

Pourtant, nous ne sommes pas eux ! Nous ne contrôlons pas leurs corps ni leur état d’esprit. Les actions et les choix qu’ils entreprennent chaque jour sont totalement en leur contrôle et définissent la direction que prendra leur vie.

En gros, même si vous savez que ça serait absolument bénéfique pour vos proches de tourner à droite, ils peuvent toujours tourner à gauche.

 

Vouloir changer les autres est humain

Il est normal d’avoir une envie profonde d’aider les autres d’une manière ou d’une autre. Et dans ce cas précis, de donner du courage à vos amis pour qu’ils passent à l’action.

Notre nature d’être humain nous pousse à vouloir, nous entraider et influencer positivement la vie des autres.

Pour moi, c’est une bonne chose ! En effet, ça crée une synergie et une énergie positive dans notre propre vie et dans la vie de la personne qu’on aide. Notre besoin d’aider et de contribuer à la vie de l’autre est rempli.

Le besoin de se sentir soutenir soutenu et de trouver une solution à un problème est également rempli.

Cependant, ne tombez dans le piège de vous impliquer trop émotionnellement dans les problèmes des autres. Vous auriez peut-être envie que votre ami ait le courage de quitter son travail avec un patron sans pitié. Pourtant, si votre ami ne sent pas prêt à le faire pour x ou y raison, vous devez réussir à prendre du recul sur la situation et vous détacher de « sa détresse ». .

Vous n’êtes pas un super-héros ! Votre but n’est pas de régler tous les problèmes des autres. Si vous y arrivez tant mieux, sinon vous aurez au moins fait de votre mieux pour inspirer votre ami à sortir de sa zone de confort.

 

Inspirez, au lieu de conseiller !

Pour moi, la meilleure manière de donner envie aux gens de bouger et d’affronter leurs peurs et de leur montrer concrètement un exemple. Parce que l’on aura beau leur dire d’une manière rationnelle et théorique ce qu’il « devrait faire » pour être plus courageux, ça ne sera pas toujours suffisant.

Le courage n’est pas facile à développer, car ça demande de vivre beaucoup d’inconfort à court, et même moyen terme avant que ça devienne plus naturel à long terme. De plus, selon le degré d’inconfort de la personne en question, la tâche peut s’avérer plus longue et plus dure. La personne qui manque de courage devra peut-être affronter ces démons du passé et faire beaucoup d’effort pour oser et se dépasser.

C’est pourquoi, il est important de réaliser que tout le monde ne sera pas prêt ! Tout le monde ne prendra pas la responsabilité de changer et de croire que le changement est en leur contrôle. Ils préféreront trouver une rationalisation et une bonne raison de ne pas changer plutôt que d’affronter l’inconfort que requiert le fait de sortir de notre zone de confort.

En tout cas, je préfère me focaliser moi-même sur ce que je peux contrôler et lâcher prise sur ce qui est en dehors de mon contrôle. Je vous avoue que c’est un point qui n’est pas facile pour moi. J’ai une telle envie d’aider les autres et de faire en sorte que les autres soient mieux dans leur peau et plus heureux, que parfois, j’ai du mal à lâcher prise ! Je me mets à donner des conseils, à argumenter, et même à vouloir prouver les bienfaits du développement personnel d’une manière non détaché et trop imposante.

Je m’en rends compte et c’est pourquoi, désormais, je préfère me tourner vers une stratégie beaucoup moins direct et qui me permet de faire de mon mieux afin d’inspirer les autres.

Cette stratégie consiste à trouver un moyen pour que la personne qui manque de courage ait envie de développer son courage. Cette personne doit trouver une raison, une motivation ou une frustration qui la pousse à changer !

Si par exemple, une personne ne veut se mettre à faire du sport pour perdre ces kilos en trop, car elle se sent démotivée, vous pouvez lui montrer les résultats que vous avez eu vous-même !

Montrez-lui une photo de vous avant que vous vous mettiez au sport et montrez le corps et l’énergie que vous avez développé maintenant ! Parfois, une image vaut mieux que mille mots !

De cette manière, la personne aura peut-être un déclic et trouvera le courage de se mettre au sport malgré ces résistances.

Vous pouvez constater, dans mon exemple, que mon but est d’y aller en douceur et de ne pas brusquer la personne qui hésite en lui imposant mon avis. Mon but est juste de lui donner un avant-goût de ce qui l’attend si elle passe à l’action.

Rappelez-vous toujours de ceci : La motivation de changer ne doit pas venir de l’extérieur, il doit y avoir un déclic interne, une motivation intrinsèque pour que le changement puisse perdurer dans le temps ! C’est de cette manière que les personnes les moins courageuses et les plus timides peuvent dépasser leurs peurs et atteindre des sommets dans leur audace.

 

Conclusion

Je pense que oui, on peut influencer le courage des autres ! Par contre, rien n’est garanti, surtout dans un domaine si complexe que la psychologie humaine. L’important est que vous soyez proactif si changer quelqu’un vous tient à cœur sans être trop attaché au résultat. De cette manière, vous pourrez garder une certaine indépendance émotionnelle tout en faisant votre possible pour inspirer l’autre à l’action !

Quand vous sentez que vous devenez trop impliqué et attaché à vouloir changer quelqu’un, rappelez-vous de ceci : Focalisez-vous seulement sur ce qui est en votre contrôle et mettez toute votre énergie là-dessus. Ni plus, ni moins.

En tout cas, il me tient très à cœur de faire de mon possible pour changer un maximum de personnes et leur donner envie de travailler sur eux-mêmes. Pour moi, c’est une satisfaction et une joie énorme de voir quelqu’un qui a changé de trajectoire de vie ou qui a changé son état d’esprit grâce à une de mes interventions.

Changer les autres vers une direction positive est un acte merveilleux et je vous encourage fortement à persister dans cette voie ! Avançons tous ensemble vers le changement et ayons le courage d’inspirer le changement chez les autres de manière appropriée et subtile.

Taha Mouline

http://comment-reussir-sa-vie.net/

Aussi sur YouTube

GIANNI BERGANDI

Gia Faire preuve de courage signifie surmonter ses peurs. La peur est une émotion, toute à fait saine, qui informe notre organisme d’un danger potentiel, et qui permet de déclencher ce que l’on appelle, en psychologie, une réponse « combat-fuite ». C’est grâce à celle-ci que nous avons pu survivre à toutes les différentes époques de notre temps. Comme chaque émotion, elle peut prendre une part plus importante dans la physiologie de certaines personnes. Nous avons tous naturellement des réactions différentes par rapport à nos peurs. Dans certains cas, elles transcendent, dans d’autres, elles tétanisent. Les philosophes grecs de l’antiquité considèrent le courage comme une vertu qui se pratique. Ce qui signifie qu’on peut littéralement « s’entrainer » à surmonter nos peurs. On va voir ensemble deux idées que j’essaye d’utiliser personnellement et qui peuvent te permettre de surmonter tes peurs et d’aider tes amis dans leur démarche.

Réaliser que la peur est utile et qu’elle est bonne pour toi

Voici quelque chose que nous devons tous réaliser. Il n’existe pas de « mauvaises » émotions. Si certaines sont désagréables, voire très désagréables, elles sont toutes utiles. David Reynolds, dans « constructive living », nous le dit ainsi : « La culpabilité nous fait ré- évaluer notre pensée. L’anxiété mène à l’attention. La peur prépare le corps à l’action. Ces émotions, négatives de prime abord, ne provoquent pas nécessairement de changements positifs. Néanmoins, chacune d’entre elles peut potentiellement être utile. Reconnaître ce potentiel nous permet de toutes les chérir. » Il nous dit également : « La peur est saine. Elle produit de la prudence, qui nous aide à nous maintenir en vie. Cet inconfort est une alarme qui attire notre attention sur un problème auquel nous sommes confrontés. Il est bon d’avoir peur parfois. » Une fois que nous comprenons que la peur est une émotion saine, il est tout de suite bien plus simple de l’accepter. Mais si la peur nous a permis de survivre à toutes ces époques, il existe une différence majeure entre nous et nos générations précédentes. Aujourd’hui, on estime à moins de 10% le type de peur qui entraîne une réponse « combat-fuite » au vu d’un danger réel (la peur de mourir). Les 90% restants viennent tout simplement de notre imagination – scénarios que nous créons dans notre tête – ou des conditionnements extérieurs. Si la peur « humaine » (faire face à une situation de grand danger, ou d’une grande phobie) demande un travail sérieux pour être dépassée, la peur « imaginaire » est directement attaquable, à travers des idées ou exercices très simples.

Me demander quel est le pire des scénarios

En voici une. Olivier Roland nous dit dans « tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » de toujours définir nos peurs afin de mieux les combattre. L’idée est géniale. Si tu as peur de quelque chose, définis précisément ce qui peut t’arriver de pire, estime les chances que ça arrive et identifie différentes options de secours. Je vais te donner un exemple ultra concret. J’ai quitté mon travail en début d’année pour me lancer à 100% dans mon projet, en me donnant deux ans pour y vivre. Quel est le pire scénario ? Ça ne marche pas, personne n’aime ce que je fais, je ne peux pas en vivre. Bon, … Je travaillais dans un secteur qui ne connaîtra surement pas la crise de mon vivant (informatique + finance). Si ça ne marche pas, je retournerai travailler. Point. Et même cette option n’est pas si terrible. Après chaque lecture, j’amasse des connaissances incroyables qui me font grandir et devenir une meilleure personne, connaissances que je pourrais sans doute ré-utiliser en entreprise plus tard. Savoir qu’on a une solution au pire scénario possible donne énormément de confiance et chasse immédiatement une peur qui pourrait paralyser lorsqu’on se lance … Notons également que comme 90% des peurs ne sont pas légitimes vis-à-vis d’un danger potentiel, le pire des scénarios possibles si l’on tente de vaincre cette peur a peu de chance d’être « la mort ». C’est déjà un frein en moins. Avoir les outils permettant de faire dépasser ses propres peurs est évidemment essentiel si l’on veut influencer celles d’autrui. Au delà d’aider personnellement les gens, j’aime l’idée de montrer l’exemple. La peur est le plus gros obstacle vers la réalisation de nos rêves. En sautant le pas et en quittant mon cdi, je me rends compte que certains de mes proches réalisent que l’impossible paraît désormais possible, et commencent sérieusement à envisager un avenir différent. En réalisant mon premier saut à l’élastique il y a quelques années, alors que j’avais une peur du vide absolument tétanisante (littéralement, mes jambes ne répondaient plus quelques secondes avant de sauter la première fois, on a dû me pousser), j’ai poussé quelques personnes à faire de même. J’aime également penser que lorsqu’on change positivement, ou que l’on progresse dans un domaine, cela peut avoir une véritable influence sur les autres.

Alors peut-on influencer durablement le courage chez quelqu’un ? Que ce soit directement ou indirectement, je n’en ai pas le moindre doute. Reste à le vouloir. Et ce  point ne dépend pas de nous. C’est pour cela que la manière indirecte me parle bien plus 🙂

Gianni Bergandi

http://giannibergandi.com/

Aussi sur YouTube 

CONCLUSION

Le courage, c’est cette capacité à agir malgré la peur, mais pas que. En effet, faire preuve de courage, c’est également agir malgré les situations ou moments difficiles que nous traversons.

Le courage est quelque chose de propre à chacun, il n’est donc pas possible de prendre le contrôle sur le courage de quelqu’un d’autre. De plus, forcer le courage de quelqu’un ne va pas avoir pour effet d’influencer durablement ce dernier chez cette personne. Le courage est une affaire personnelle et c’est une question de choix.

Cependant, il serait possible d’aider une personne à être courageuse, en touchant ses émotions et lui donnant l’exemple. Il suffirait d’inspirer une seule fois une personne pour qu’elle puisse engendrer la confiance nécessaire pour réaliser par la suite, plusieurs actes de courage. Il faut comprendre également, que cela ne dépend pas directement de nous, nous ne pouvons pas agir à la place de la personne.

Mais alors, peut-on influencer durablement le courage chez quelqu’un ?

D’après les analyses de nos invités et ma propre réflexion, la réponse est OUI.

Maintenant, la question qui se pose, et qui est la plus importante est la suivante : COMMENT faire CONCRETEMENT pour influencer le courage durablement chez soi et chez les autres ?

Romain répond largement à cette question dans le guide que vous pouvez télécharger ci-dessous à la fin de l’article.

Vous allez y découvrir entre autre :

  • 10 stratégies très efficaces pour augmenter rapidement votre confiance en vous ainsi que votre courage
  • les 2 manières les plus redoutables pour influencer durablement le courage chez les autres
  • Le parcours très inspirant de Romain qui a complètement changé de vie en un peu plus d’un an (en prenant confiance en lui et en devenant une personne courageuse)

C’est pour vous et c’est CADEAU !

Merci infiniment d’avoir lu cet article, nous espérons qu’il vous a plu ! Un grand merci également aux participantes et aux participants de cet article d’exception, on adore et on vous adore !

Bon courage à toutes et à tous !

Incoming search terms:

  • comment developer Capacité d’influencer avec courage

4 Comments

  • Taha MOULINE

    Reply Reply 17 juin 2017

    Incroyable tous ces points de vues et ces angles d’approches différents grâce à la contributions de vous tous ! En tout cas, j’ai eu un réel plaisir à partager mon point de vue et à lire les oeuvres de chacun d’entre vous sur ce sujet si passionant et à la fois complexe !

    Je suis satisfait de voir que mes idées sont partagées par plusieurs d’entre vous et également ravi de découvrir des idées auquel je n’avais pas pensé !

    Par exemple, le fait de penser à « ce qui peut arriver de pire » afin de lâcher prise sur notre peur de passer à l’action ou bien le fait de se faire influencer extérieurement par les autres vers un changement plus positif et courageux.

    J’ai envie de visiter vos différents blogs et chaînes youtubes pour en savoir plus sur vous et je suis ravi d’avoir un endroit commun pour pourvoir les retrouver ! 🙂

    • Anthony Mykytiw

      Reply Reply 21 juin 2017

      Merci Taha pour ta contribution, ce fut un plaisir pour nous de te lire !

      Tu as bien raison, visite les blogs des autres partenaires, ce genre d’article est un peu fait pour ça : découvrir de nouvelles personnes !

      A très bientôt !

  • Marie Jox

    Reply Reply 15 juin 2017

    Salut Anthony,

    Merci de m’avoir permis de participer à l’écriture de ce carnaval d’article, ce fut intéressant à tout point de vue et je suis heureuse de découvrir les avis de tous ces auteurs sur la question.
    Leur lecture m’a beaucoup fait réfléchir et je note notamment la question d’évolution de notre degré de courage qui évolue en même temps que nous grandissons qui m’avait échappé et qui met bien en avant le fait que le courage ne soit pas immuable.
    De même je n’avais pas pensé à l’éventualité du « courage forcé » qui n’en est pas véritablement un selon moi car au finale nous agissons pas car nous avons conscience de nos capacités mais par peur des conséquences et sous la pression d’autrui.
    En tout vas c’était vraiment une très bonne idée, à bientôt !

    Continuez ainsi !

    Marie JOX du blog www. confiance-et-reussite.fr

    • Anthony Mykytiw

      Reply Reply 21 juin 2017

      Merci à toi Marie d’avoir participé à cet article d’envergure !

      Ravi que les réflexions des autres participant soient venues alimenter un peu plus ta propre idée sur le sujet. En tout cas, ta réflexion est très valable 😉

      A bientôt !

Leave A Response

* Denotes Required Field